Reconversion: mon élément déclencheur

Elément déclencheur de la reconversion de MamanMia: l'arrivée de Mia!

En écrivant le premier article sur ma reconversion professionnelle, je me suis rendue compte que j’avais beaucoup à dire sur le sujet! Comme je suis en plein processus, je vais en traiter chaque aspect, et donner le plus de ressources possible. On commence donc avec: l’élément déclencheur.

Mon élément déclencheur

La naissance de ma fille. Ou plus exactement, l’approche de la naissance de ma fille, Mia. J’ai commencé à écrire ce blog alors que j’étais enceinte de 8 mois. Dans mon premier article, je dis que je souhaite « reprendre les rênes de ma vie ». C’est vrai que cette période a été le début d’une grande remise en question. Ou plutôt le moment d’enclencher la vitesse supérieure. En même temps, ce n’est pas venu du jour au lendemain. Depuis des années, je ressentais un certain malaise, mais sans prendre pour autant les mesures nécessaires pour l’explorer. Et voilà que la perspective d’être mère me submerge avec un tas de question. « Est-ce que ma fille sera fière de moi? Est-ce l’exemple que je veux lui donner? Je dis que je veux l’aider à devenir elle-même, mais suis-je moi-même, moi? ». La machine était lancée.

Et tout le tintouin

Ce grand chambardement a tout soulevé, tout retourné. Ma relation amoureuse. Mes amitiés. La relation à mes parents. Et bien sûr, mon boulot. Une reconversion professionnelle, ça touche toujours à tous les aspects de la vie. Et depuis, ça n’a pas arrêté! Dans on cas, c’est une révolution intérieure lente, qui couve. J’ai de nombreux blocages qui m’empêchent d’avancer, de changer, et je n’ai pas encore mis le doigt dessus. Ou je ne veux pas les voir. Action!

L'élément déclencheur de ma reconversion professionnelle: la naissance de Mia!

Et plus rien n’a de sens

Je reprends le travail alors que Mia a 2 mois. Déprime totale. Cela fait deux ans, et j’y repense encore avec douleur. Je tiens deux semaines, puis je me rends à l’évidence: ce n’est pas possible pour moi. Je pleure tout le temps. Deux semaines d’arrêt maladie. Pendant ces quelques jours, une idée m’obsède. « Mais tout ça n’a AUCUN SENS! ». Aucun sens de me réveiller le matin pour aller prescrire du sérum physiologique à tous les nez enrhumés de Bruxelles. Aucun sens d’aller écouter la souffrance des patients, car la mienne criait plus fort. Aucun sens.

Sur le chemin

Dans les premiers mois après mon accouchement, je mets en place deux choses importantes.

D’abord, un cycle de 8 semaines de méditation de pleine conscience. Se connecter à ce qui est. Et mon métier, et bien il me vide, il ne me nourrit pas. Je passe ma vie à me vider de mon énergie. Je ne donne pas de place à ce qui me passionne.

Ensuite, un week-end « Réorienter ma carrière », où le coach me renvoyait la question suivante: « Qu’est-ce qu’il se passerait si je disais non?« . Je n’en mesure que tout la justesse aujourd’hui, presque 2 ans plus tard. Je me dis que c’eût été une riche idée que de continuer à bosser avec ce coach, plutôt que de bidouiller une pseudo-reconversion toute seule dans mon coin.

Parfois, le burn-out

J’ai accompagné plusieurs patients en burn-out, et chaque fois j’étais très (trop?) impliquée dans leur suivi. Je pense qu’il y a une raison évidente: je n’étais moi-même pas très loin du burn-out (et de la dépression). Stress chronique, grande implication, idéalisation… Mais surtout un manque de sens. Le burn-out, c’est aussi le moment de se poser la question d’une reconversion professionnelle. Avec un pro (comprenez, un psy, un coach etc).

Et aussi

Licenciement, restructuration, divorce, maladie, déménagement… J’ai un projet, je vous mets dans la confidence. J’aimerais interviewer des femmes et des hommes qui se sont reconvertis, dans différentes circonstances et différents métiers. Récolter des histoires singulières pour tirer des enseignements universels. Pour me rappeler que oui, c’est possible.

∞∞∞∞∞

Et vous, quel a été votre élément déclencheur?

L'élément déclencheur de ma reconversion: la naissance de Mia!

Dans le même style...